Espèces messicoles

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Vous êtes ici :

Les pelouses calcicoles des coteaux

Le contexte des coteaux

Situé sur le plateau crayeux du bassin parisien profondément érodé par un réseau hydrographique important, le territoire de la Métropole Rouen Normandie possède de nombreux reliefs, communément appelés coteaux. Ces coteaux ont, jusqu’au milieu du XXème siècle, fait l’objet de pratiques pastorales répandues permettant ainsi de maintenir une grande continuité de prairies calcaires sèches hébergeant une faune et une flore typique de ces milieux crayeux chauds et secs. Aujourd’hui, ces grandes entités naturelles sont en péril du fait d’un abandon de gestion qui entraîne leur boisement et conduit à une perte importante de biodiversité.

Le patrimoine naturel des coteaux

La vallée de Seine jouant le rôle d’un corridor naturel favorisant la progression des espèces au caractère méridional, des espèces rares à l’échelle du nord de la France, ont pu trouver sur les pelouses de ces coteaux les conditions nécessaires pour se développer.

chenille de damier Au sein de ce patrimoine naturel, les rhopalocères (papillons de jours) présentent des espèces très rares et menacées pour la région, au nombre desquelles on peut citer le Damier de la succise (en photo - Euphydryas aurinia, espèce protégée au niveau européen par la Directive Habitats), la Virgule (Hesperia comma), le Flambé (Iphiclides podalirius), l’Azuré des cytises (Glaucopsyche alexis), ou encore l’Azuré de l’ajonc (Plebejus argus).

Pour en savoir plus sur les papillons des pelouses calcaires des coteaux, vous pouvez consulter les fiches espèces regroupées dans ce livret.

Télécharger le livret des espèces

La préservation de ces espèces passe par la mise en œuvre de mesures de gestion adaptées afin de lutter contre le boisement spontané de ces milieux. Celles-ci doivent s’appuyer sur une bonne connaissance de l’état de leurs populations sur le territoire d’étude et de leur localisation.

Les actions de la Métropole en faveur de la restauration des pelouses calcaires des coteaux

Ainsi, au cours de la période 2012-2014, la Métropole et le Conservatoire d’espaces naturels de Haute-Normandie (CENHN) ont initié un programme visant à préserver les rhopalocères des coteaux calcaires du territoire de la Métropole.

L’objectif de ce projet était d’acquérir les connaissances nécessaires à la mise en œuvre d’une stratégie de préservation des rhopalocères des milieux ouverts, tout en initiant des premières mesures de gestion dites "d’urgence" pour engager la restauration des secteurs les plus intéressants.

avant après

Ce programme, prévu sur 3 ans entre 2012 et 2014, s’est décliné en 5 grandes étapes :

  • Recensement et inventaire des coteaux du territoire de la Métropole
  • Évaluation de l’intérêt écologique de ces coteaux vis-à-vis des papillons de jours
  • Identification de coteaux à restaurer en faveur des papillons
  • Premières prises de contact avec des propriétaires
  • Mise en œuvre d’actions de restauration dites « d’urgence » sur 2 communes (Amfreville-la-Mivoie et Darnétal)

Les pelouses calcaires de la Métropole en chiffres

87 périmètres de coteaux représentant une superficie totale de 303 ha ont été recensés sur le territoire de la Métropole. Chaque périmètre a fait l’objet, entre 2012 et 2014, d’un inventaire des rhopalocères.

51 périmètres ont été retenus puis hiérarchisés en différents niveaux de priorités d’intervention au regard de la richesse des peuplements de papillons présents.

Plus d’un tiers de ses pelouses calcicoles sont actuellement en cours de boisement spontané, faute de gestion. C’est à moyen/long terme l’ensemble du réseau des pelouses calcicoles qui est donc menacé de disparition.

Les perspectives d’actions

La Métropole souhaite maintenant poursuivre ce projet en facilitant la restauration de nouvelles zones et en mettant en place une gestion pérenne de ces espaces naturels à haute valeur écologique, notamment en faisant appel à l’écopâturage.

Cette action multipartenariale sera engagée avec les autres acteurs locaux et régionaux (communes, Conservatoire des Espaces Naturels de Haute-Normandie, Département de Seine-Maritime, Région Haute-Normandie et DREAL) dès l’année 2015.