INFORMATIONS PRATIQUES

Recherche par mot clé

Liste des questions trouvées correspondant à "performance"

Quelle est la différence entre une chaudière standard, basse température et une chaudière à condensation ?
La chaudière standard chauffe l'eau du circuit de chauffage à une température de 80 – 90 ° C, son rendement est de 80 % sur PCI (Pouvoir calorifique Inférieur : quantité de chaleur dégagée lors de la combustion).
La chaudière basse température fonctionne avec une eau du circuit de chauffage de 50°, son rendement est de 92 à 93 % sur PCI, elle nécessite des radiateurs à chaleur douce ou un plancher chauffant. Par ailleurs, son brûleur adopte son fonctionnement aux besoins.
La chaudière à condensation est une chaudière ayant la particularité de tirer profit de la chaleur latente de la vapeur d'eau contenue dans les fumées en condensant ces vapeurs avant de rejeter l'eau sous forme liquide. Ainsi le rendement atteint jusqu'à 109 % PCI (pour le gaz et le fioul).
Qu'est-ce que le COP (coefficient de performance) d'une PAC ?
Le coefficient de performance d'une pompe à chaleur correspond au rapport entre l'énergie électrique absorbée par la pompe et l'énergie thermique restituée, plus il est élevé et plus votre appareil sera performant.
Pour 1 kWh d'électricité consommé, les PAC restituent pour la plupart de 2 à 4 kWh de chaleur. Si une PAC à un COP 3, elle consomme 1 kWh pour 3 kWh de chaleur restituée.
La directive européenne sur l'étiquetage des produits introduit la notion d'Efficacité Enérgtique Saisonnière (ETAS), qui prend en compte le rendement de l'appreil sur toute la l'année, et intègre aussi les phases ou ce rendement est médiocre (phase de marche/arrêt notamment). 
Qu'est-ce qu'un D.P.E ?
Comme l'électroménager et les voitures, les bâtiments existants et neufs sont maintenant dotés d'étiquettes « énergie » et « gaz à effet de serre » qui signalent leurs performances énergétiques et leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces deux étiquettes sont éditées lors du Diagnostic de Performance Énergétique (D.P.E).
 
 
 
Le Diagnostic de Performance Energétique (D.P.E) est un document établi par un professionnel dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité Français d'Accréditation). Le D.P.E informe sur la consommation énergétique d'un logement (en kilo Watt heure/m² et par an) et permet de sensibiliser aux conséquences de cette consommation sur le climat. À l'issue de ce constat, il vous sera préconisé un certain nombre de recommandations permettant d'économiser l'énergie et d'améliorer la performance de votre habitation.
L'ADEME a mis en place un annuaire des professionnels cerrtifiés sur http://www.observatoire-dpe.fr/.
 
Dans quels cas doit-on réaliser un D.P.E ?
Dans le cas d'une vente, depuis le 1er novembre 2006, ce document doit être joint à toute promesse de vente, ou à défaut de promesse, à l'acte authentique de vente d'un bâtiment existant en France métropolitaine.
Dans le cas d'une construction, à compter du 1er juillet 2007, le DPE doit être établi avant l'achèvement des travaux dont le permis de construire a été déposé à partir de cette date et remis au propriétaire final s'il est différent du maître de l'ouvrage. Dans le cas d'une location, depuis le 1er juillet 2007, il doit être joint aux contrats de location lors de leur signature ou de leur renouvellement.
Qu'est-ce que la résistance thermique d'un matériau (R) ?
La résistance thermique (R) est obtenue en divisant l'épaisseur du matériau (en mètre) par son lambda (coefficient de conductivité).
Plus ce R est élevé, plus l'isolation obtenue sera performante (le R figure sur l'étiquette du produit).
 
Le lambda est propre à chaque matériau, quelques exemples :
  • laine de verre : de 0,032 à 0,040
  • fibre de bois : 0,038 à 0.040 (panneaux souples)
  • ouate de cellulose : 0,039 (panneaux)
  • laine de chanvre : 0,038 à 0,042 (rouleaux et panneaux)
Je désire isoler ma maison avec un matériau composé de deux feuilles d'alu (isolant mince), qu'en pensez-vous ?
Ces matériaux ont des performances thermiques très faibles au regard des exigences thermiques actuelles. Ils ont d'ailleurs été déclassés en complément d'isolant par le CSTB (Centre Scientifique Technique du Bâtiment). Une utilisation non pertinente ou des mauvaises conditions de mise en oeuvre peuvent conduire à de grands désordres (mauvaise ventilation des charpentes ou des ossatures en bois). C'est un produit qui a une forte étanchéité à l'eau et, s'il est mal mis en oeuvre, peut provoquer l'apparition de champignons. Il est à déconseiller dans les bâtiments anciens. Dans certains cas, il peut être utilisé en complément d'une isolation existante, en conservant une lame d'air.
Le COP (Coefficient de Performance) d'une PAC est-il constant ?
Non - Pour les PAC Air/Air et Air/Eau, le COP baisse lorsque les températures extérieures diminuent. La directive européenne sur l'étiquetage des produits introduit la notion d'Efficacité Enéergtique Saisonnière, qui prend en compte le rendement de l'appreil sur toute la l'année, et intègre aussi les phases ou ce rendement est médiocre (phase de marche/arrêt notamment).