Bandeau général

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Vous êtes ici :
29/10/2017

Agathe Derome

Ingénieure aéronautique formée à la gestion, Agathe Derome pilote le redécollage de l’aéroport Rouen Vallée de Seine.
 
Bastia chaque samedi pendant l’été et Lyon chaque jour depuis la rentrée : comment se passe le retour de lignes régulières à l’aéroport ?
Bastia a très bien marché. Lyon démarre, il faut attendre quelques semaines avant de faire un premier bilan. Cette ligne régulière était très attendue, notamment par le tissu économique local : elle marque la relance de l’aéroport et donne une connectivité depuis et vers Rouen. Le hub de Lyon permet aux voyageurs partant de Rouen de rejoindre des grandes villes françaises et européennes.
 
Comment fonctionne ce principe de « hub » ?
En partant de Rouen à 6h30, les voyageurs arrivent à Lyon à 8h05, pour prendre un vol à 10h pour une vingtaine de destinations. Le soir, les vols retour sont conçus de la même manière. Des horaires et des correspondances qui permettent des déplacements d’une journée. Ce qui séduit les voyageurs d’affaires.
 
Un hub qui intéresse également les autres voyageurs ?
Oui, il n’y a pas d’obligation de revenir le soir. L’idéal est d’anticiper au maximum son départ afin de bénéficier de tarifs vraiment intéressants : réservez votre vol le plus en amont possible !
 
Quelle est la place, en Normandie, de l’aéroport Rouen Vallée de Seine ?
Il y a de la place pour tout le monde. Chacun a ses particularités et ses marchés. Le principe de l’aéroport de Rouen est d’être un équipement de proximité, sans concurrence avec les aéroports de Caen et Deauville.
 
Et par rapport aux aéroports parisiens et Beauvais ?
Finalement, nous ne sommes pas si proches des aéroports parisiens. Les temps de trajet – en voiture ou en train –, de parking, les formalités... ça n’est pas possible de faire un aller-retour dans la journée comme le permet le hub de Lyon depuis Rouen. Ici, le parking est gratuit, on se gare juste devant l’aérogare... Évidemment, on ne propose pas autant de destinations, il n’y a pas de vols long-courrier.
 
D’autres lignes sont-elles en projet ?
Nous aimerions proposer une ligne régulière Rouen-Londres. Des contacts sont en cours avec des compagnies, mais cela prend du temps. L’ouverture de la ligne Rouen-Lyon nous apporte de la crédibilité. Nous travaillons aussi avec des tours operators pour des liaisons charters dans le cadre de séjours touristiques.
 
Et Rouen comme destination touristique ?
Les horaires de la ligne Rouen-Lyon sont plutôt prévus pour permettre aux Rouennais de partir. Mon idée est de renforcer les horaires pour inciter les voyageurs à venir à Rouen. Nous y travaillons avec l’Office de tourisme.
 
Quels sont vos projets ?
Au-delà du travail sur les liaisons aériennes, il faut développer l’offre de location de hangars, ce qui développera l’aviation d’affaires. Le trafic loisirs peut encore progresser. C’est un beau challenge de faire redécoller un équipement qui s’était un peu endormi. Il faut renouer avec les compagnies aériennes. Revoir du trafic motive tout le monde. Le partenariat avec le restaurant Otrechoze est une réussite : il attire une clientèle régionale et fait connaître l’aéroport. Il profite aussi de la redynamisation de l’activité.
 
Quelles sont les activités de l’aéroport ?
Les voyages d’affaires, le tourisme, mais aussi les vols sanitaires (rapatriement, transport d’organes, hélicoptère du Samu), les vols cargos pour les industriels, les vols spéciaux (sportifs). Des entreprises ont basé leur avion ici.
 
Biographie
Originaire de Caen, Agathe Derome grandit au Mans, où elle découvre l’aviation. Après ses études d’ingénieur aéronautique à Toulouse, elle prend un premier poste chez Airbus, toujours à Toulouse. En 2005, elle part travailler à Barcelone pour la compagnie Vueling. De 2009 à 2011, elle s’installe à Boston pour obtenir un MBA (maîtrise en administration des affaires) au MIT (université du Massachussetts). De 2011 à 2016, elle travaille pour deux compagnies aériennes au Chili. De retour en France fin 2016, elle est recrutée pour diriger l’aéroport Rouen Vallée de Seine et prend son poste le 1er mars. Ses compétences techniques et en gestion lui confèrent une polyvalence bien utile pour diriger une structure modeste mais ambitieuse comme l’équipement normand.
 
Photos : ©Barbara Cabot.