Sport féminin : la Métropole accentue son soutien

  • Publié le 12/10/2021 - 12:17
Sport féminin : la Métropole accentue son soutien

La Métropole met en place dès cette saison 2021-2022 plusieurs initiatives pour soutenir le sport féminin.

Renforcement du soutien au sport féminin de haut niveau
Jusqu’à présent, seule l’équipe féminine du Rouen Handball (Nationale 1) bénéficiait d’un soutien hors règlement d’aide. Afin d’assurer une meilleure équité entre équipes féminines et masculines financées dans le cadre des disciplines sportives d’intérêt métropolitain, la liste des équipes soutenues sera élargie dès cette saison 2021-2022 au GCO Bihorel Basket (Nationale 3), à l’ALCL Grand Quevilly Tennis de table (Pro Dames), à l’Entente Saint-Pierraise Tennis de table (Pro Dames) et à l’Association de rugby Valkyries (Élite 2).
La Métropole soutiendra chacune de ces équipes pour les trois saisons sportives 2021-2022, 2022-2023 et 2023-2024, dans le cadre de conventions triennales, dans les conditions suivantes : soutien la première année dans la proportion de 35% du budget de l’équipe, de 40% la deuxième saison et de 50% la troisième saison. Par comparaison, le soutien de la Métropole aux équipes masculines qui évoluent au plus haut niveau dans ces mêmes disciplines représente en moyenne 25% du budget annuel des équipes concernées. Proportionnellement au budget des clubs, l’accompagnement financier de la Métropole au sport féminin sera ainsi dès la saison 2023-2024 deux fois plus important que pour le sport masculin.
Pour la saison 2021-2022, le soutien financier de la Métropole, versé sous forme de subvention, sera le suivant :

  • GCO Bihorel Basket : 49 000 euros (budget de l’équipe : 140 000 euros)
  • ALCL Grand Quevilly Tennis de table : 31 150 euros (budget de l’équipe : 89 000 euros)
  • Entente Saint-Pierraise Tennis de table : 45 150 euros (budget de l’équipe : 128 950 euros)
  • Rouen Handball : 118 650 euros (budget de l’équipe : 339 000 euros)
  • Association de rugby Valkyries : 62 825 euros (budget de l’équipe : 179 500 euros)

Contribution des clubs professionnels au développement du sport féminin dans le cadre des missions d’intérêt général (MIG)
Les quatre clubs sportifs professionnels de la Métropole évoluant dans des équipements métropolitains dédiés au sport de haut niveau (Quevilly Rouen Métropole en football, Rouen Normandie Rugby, Rouen Métropole Basket, Rouen Hockey Élite) sont soutenus chaque année par la Métropole dans le cadre de programmes de missions d’intérêt général. Un programme de ce genre est également en réflexion avec le Football Club de Rouen pour la saison 2021-2022. Dans le cadre des conventions récemment signées avec les clubs, ces derniers s’engagent à mettre en œuvre dès la saison 2021-2022 des actions s’inscrivant dans la dimension solidaire que la Métropole entend développer pour sa politique sportive. Il s’agit notamment de favoriser une plus grande pratique sportive pour les tranches d’âge les plus jeunes de la population féminine.

Accueil de manifestations sportives féminines de référence sur le territoire
La lutte contre les inégalités femmes-hommes en matière sportive repose également sur un meilleur équilibre dans l’accueil de grandes compétitions. Du 29 octobre au 6 novembre 2022, un tournoi de tennis international féminin se déroulera au palais des sports Kindarena. Il s’agira d’un événement sportif féminin international de très haut niveau. Il participera de façon significative au rayonnement national et international du sport féminin de haut niveau et du territoire de la Métropole Rouen Normandie.

Lancement d’une concertation pour renommer deux salles du Kindarena
La Métropole souhaite donner de la visibilité aux femmes qui ont marqué l’histoire du sport. Elle récemment dénommé les deux patinoires de l’Île Lacroix en mettant en avant deux figures sportives dont la contribution et l’investissement en faveur des sports de glace est particulièrement marquant : Nathalie Péchalat, née à Rouen, grande figure de la danse sur glace et actuelle présidente de la Fédération Française des Sports de Glace, et Édith Ballester, qui a œuvré pour développer cette discipline et sa médiatisation en créant notamment la French Cup, événement international majeur de danse sur glace.
La Métropole souhaite mettre en avant d’autres sportives en dénommant les deux salles sportives du palais des sports Kindarena, que l’on appelle actuellement salle 6 000 et salle 1 000 en raison de leur capacité d’accueil maximum. Dès octobre, les habitants de la Métropole seront consultés pour donner leur avis sur la nouvelle dénomination qui rendra hommage à deux figures féminines françaises à forte notoriété et au parcours remarquable.