Bandeau général

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Vous êtes ici :
31/01/2017

Vincent Laudat

Un nouveau nom, un nouveau territoire, bientôt de nouveaux locaux, et des dossiers cruciaux pour le développement économique. Le nouveau président de la Chambre de commerce et d’industrie fait le point.

 

Quelles sont les missions de la CCI ?

La CCI est au service des hommes, des entreprises et du territoire. Notre rôle est de représenter, former, informer/conseiller, accueillir les entreprises, aider à leur création et à leur développement, participer à l’aménagement de l’espace économique.

 

Quels sont les atouts du territoire ?

L’axe Seine, sur lequel nous travaillons beaucoup : c’est un axe de développement économique majeur. Nos belles entreprises, diversifiées, intervenant dans de nombreux secteurs... Au niveau régional, nous disposons également de grands donneurs d’ordres comme la SNCF, Safran, l’industrie pharmaceutique. Parmi les atouts, je cite aussi la qualité de vie, qui participe à l’attractivité de notre territoire, notre priorité.

 

Et ses faiblesses ?

Plutôt que faiblesses, je préfère points à renforcer : ce sont les infrastructures. Notre aéroport doit proposer des lignes régulières. Je pense évidemment à la LNPN (Ligne Nouvelle Paris Normandie) et au Contournement Est : le monde économique est à fond derrière. C’est l’attractivité de notre territoire qui est en jeu. J’ai également des inquiétudes vis-à-vis du Canal Seine Nord, qui ne doit pas se faire au détriment de l’axe Seine, notre axe naturel.

 

Comment réagissez-vous à la position du Département de l’Eure qui tarde à s’engager dans le financement du Contournement Est ?

On a l’impression que le blocage dans l’Eure n’est pas au niveau de l’enjeu, pas à la hauteur du dossier. Ce qui est bon pour la Seine-Maritime est bon pour l’Eure. Il ne s’agit pas d’un dossier rouennais, mais d’une priorité normande. Il faut que les Eurois s’impliquent. Pour cela, nous avons ouvert l’association de lobbying aux élus de la CCI de l’Eure et aux élus de la CCI régionale. Il est primordial que le Contournement Est soit réalisé dans les plus brefs délais.

 

Quels sont vos projets prioritaires ?

La création de la Maison de l’entrepreneur, pour accueillir les chefs d’entreprise désirant installer, créer ou développer une entreprise sur notre territoire. Ce guichet unique associera, à terme, dans un même lieu, les services de la CCI, de la Métropole, de Rouen Normandy Invest, de l’Agence de développement normande, de la Chambre des métiers et de l’artisanat. On retrouvera des guichets uniques dans nos antennes sur le territoire. Je suis également attaché au développement du numérique : que le smartphone devienne la porte d’entrée de la CCI. Il faut passer d’un portail vitrine à un portail interactif. Nous lancerons en juin 2017 notre « CCI store », une plateforme entre la CCI et ses ressortissants.

 

Extension récente du territoire, nouveau président, nouveau nom : beaucoup de changements à la CCI !

Avec douze CCI, la Normandie était la région la plus éclatée : ce n’était pas adapté. La création de cinq chambres territoriales à partir de ces douze chambres était une nécessité. Nous avons réussi nos fusions, nous travaillons dans un objectif de mutualisation, tout en conservant notre présence partout sur le territoire avec nos antennes. Issue des fusions des CCI de Dieppe, Elbeuf et Rouen, notre CCI représente 25 000 entreprises, 300 000 salariés. C’est le territoire pertinent. Elle va d’ailleurs s’appeler CCI Rouen Métropole. Nous étions la seule CCI française à ne pas faire référence à sa Métropole dans son nom. C’est une chance d’avoir une Métropole et de l’accompagner dans son développement.

 

Et bientôt des nouveaux locaux...

L’acte de vente du site de Dieppe a été signé fin décembre, mais une antenne ouvrira afin de garantir la présence. Les sites de Rouen et d’Elbeuf sont en vente. Nous étudions en parallèle les possibilités pour nos futurs locaux.

 

Biographie

Né à Lille en 1968, Vincent Laudat s’installe avec ses parents et ses deux soeurs à Rouen en 1980 : cadre dans l’industrie, son père est nommé directeur du site de Couronne de la Grande Paroisse, après des postes à Nantes, Bordeaux, aux Pays-Bas... Vincent Laudat fréquente la Fac de Rouen/Mont-Saint-Aignan (mesures physiques, sciences et génie des matériaux) puis obtient son DESS à Paris. À l’issue de son service national, il intègre la société Limare, au Houlme, comme chef d’atelier. En 1995, il reprend cette entreprise (11 salariés) de peinture et marquage, puis, plus récemment, rachète l’entreprise Epoxy 27 (6 salariés), basée à Pont-Saint- Pierre. Avec ces deux entreprises complémentaires, il intervient comme sous-traitant pour l’aéronautique et le militaire, l’automobile, le ferroviaire, la communication... Il partage son emploi du temps entre ses sociétés et ses responsabilités consulaires. « Je suis dans mes entreprises le matin, à la CCI l’après-midi. Deux gros mi-temps, en fait ! » Vincent Laudat est marié et père de trois enfants de 19, 16 et 9 ans.