Environnement sonore

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement

Dans la continuité de la cartographie du bruit réalisée en 2010, conformément à la réglementation européenne, un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE) est en cours d'élaboration par la Métropole.

Il comporte un rappel réglementaire, un diagnostic acoustique et un plan d'actions pour prévenir les effets du bruit par des actions de sensibilisation ou d'aménagement (éloigner les sources de bruit des habitations par exemple), réduire si nécessaire les niveaux de bruit (isolation, murs anti-bruit…) et protéger les zones calmes.

Le diagnostic a permis d'identifier des zones à enjeux correspondant aux secteurs où la population est soumise à des niveaux de bruit dépassant les valeurs seuils réglementaires. Il peut s'agir d'habitations, de bâtiments d'enseignements et/ou de santé. Ainsi 4 zones ont été définies à cause du bruit ferroviaire et 16 à cause du bruit routier.

Le PPBE est un recueil d'actions menées ou à mener pour améliorer l'environnement sonore de la Métropole. Ces actions ont été préconisées par les propriétaires ou gestionnaires d'infrastructures bruyantes. Bien que ce recueil ait été établi en concertation avec de nombreux acteurs, il ne peut être considéré comme exhaustif et sera complété lors de la prochaine mise à jour du PPBE.

Les actions répertoriées sont de différents types : travaux sur les axes circulants, isolation de façade, surveillance de l'urbanisation, surveillance des niveaux sonores, actions en faveurs des modes doux, sensibilisation aux problématiques liées au bruit…

En ce qui concerne les zones calmes - définies comme « des espaces extérieurs remarquables par leur faible exposition au bruit, dans lesquels l'autorité compétente souhaite maîtriser l'évolution de cette exposition compte-tenu des activités humaines pratiquées ou prévues » - il est prévu de mener une réflexion approfondie dans les prochaines années pour proposer lors de la mise à jour du PPBE une définition claire et partagée avec les partenaires.


Le projet de PPBE de la Métropole a été envoyé aux gestionnaires d'infrastructures de transports terrestres concernés (Département de Seine-Maritime, Etat, Grand Port Maritime de Rouen…) afin de solliciter leur accord sur le contenu de ce document et notamment les actions les concernant. Une consultation du public a ensuite été engagée pendant une période de 2 mois (du mercredi 19 octobre 2011 au lundi 09 janvier 2012). Les remarques qui ont été émises durant cette période ont été intégrées au document final qui a été approuvé par le Conseil communautaire en décembre 2012.

Il a été décidé, le 15 décembre 2014, de reconduire ce document jusqu'en 2018 compte tenu de l'épisode « Pont Mathilde » qui a marqué la circulation automobile sur le territoire pendant 2 ans.

Vous pouvez consulter ce document en cliquant sur le lien suivant.

Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement de la Métropole

Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement de la Métropole

D'autres PPBE ont été réalisés sur le territoire de la Métropole puisque l'Etat et le Département doivent également rédiger leur propre document pour les infrastructures dont ils assurent la gestion.

Ceux de l'Etat (1ère et 2ème échéance) ont été approuvés respectivement en mai 2013 et en janvier 2015. Le premier porte sur les infrastructures dont le trafic annuel est supérieur à 16400 véhicules/jour pour la circulation routière et supérieur à 164 trains/jour pour la circulation ferroviaire. Le second porte sur les infrastructures dont le trafic annuel est supérieur à 8 200 véhicules/jour, ainsi que sur les infrastructures ferroviaires dont le trafic annuel est supérieur à 82 trains/jour. Pour la Seine-Maritime cela concerne le réseau routier national concédé (A13 et A139) et le réseau routier national non concédé (A28, A131, A150, A151, RN27, RN28, RN282, RN338 et RN 138). Aucune voie ferrée en Seine-Maritime n'est concernée pour le moment.

Le PPBE du Département de Seine-Maritime a été approuvé en octobre 2014. Il concerne les infrastructures routières dont le trafic annuel est supérieur à 16 400 véhicules/jour ainsi que les infrastructures routières dont le trafic annuel est supérieur à 8 200 véhicules/jour dont le Département est gestionnaire. Cela correspond à plus de 400 km de voies.


Diagnostic cartographique

  • Bruit routier prépondérant
  • 57% des dépassements liés au bruit routier concernent des habitants de la ville de Rouen
  • Près de 50% des dépassements liés au bruit ferroviaire en Lden (niveau d'exposition au bruit durant 24h) concernent 4 communes : Saint-Etienne-du-Rouvray, Déville-lès-Rouen et Notre-Dame-de-Bondeville
Bruit routier Bruit ferroviaire Bruit industriel
Ln (niveau d’exposition au bruit nocturne) : Valeurs limites en dB(A) 68 73 71
Nb d'habitants 54800 * 5800 400
Nb d'établissements d'enseignement 58 4 0
Nb d'établissements de santé 16 0 0
Lden (niveau d’exposition
au bruit durant 24h) : Valeurs limites en dB(A)
62 65 50
Nb d'habitants 11100 8000 700
Nb d'établissements d'enseignement 7 40 0
Nb d'établissements de santé 0 8 0

Attention il faut tenir compte du fait que les cartes sont réalisées à l'aide d'un modèle numérique et à partir des données disponibles au moment de leur réalisation. Ainsi les résultats peuvent être approximatifs.

* Les résultats sont arrondis à la centaine près.