Bandeau général

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Vous êtes ici :
27/10/2017

La Ligne Nouvelle Paris Normandie se dessine

Le comité de pilotage de la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) a validé ce jeudi 26 octobre les trois tronçons prioritaires de la ligne nouvelle qui devrait voir le jour entre Paris et la Normandie d’ici 2030.
 
 
Réunis lors d’un comité de pilotage de la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) ce jeudi 26 octobre, les élus normands, la SNCF et l’Etat ont adopté ensemble les zones de passage préférentielles qui accueilleront les tracés de trois tronçons prioritaires de la ligne nouvelle :
 
- la zone Paris-Mantes Sud, au Sud de Poissy, s’agissant du faisceau Paris-Mantes ;
- la zone Rouen-Yvetot Est C, avec tunnel pour la traversée de la Seine et de l’agglomération rouennaise. Le Comité de pilotage a également validé la réalisation de travaux hors LNPN sur la section Motteville-Harfleur permettant d’accélérer la vitesse des trains ;
- Concernant la zone Mantes Evreux, sur la partie entre Mantes et la traversée de l’Eure, c’est la zone Sud qui a été retenue. Pour la traversée de l’Eure, les zones centre et Nord sont privilégiées. Enfin, pour la partie entre l’Eure et Evreux, la zone Sud est privilégiée, de façon à pouvoir créer une nouvelle gare soit dans le secteur de Nétreville, soit dans le secteur de Coudray.
 
Le comité de pilotage a été l’occasion de rappeler les objectifs de la LNPN : améliorer la fiabilité et la robustesse des dessertes, réduire les temps de parcours, augmenter la capacité tant pour les trains de voyageurs que pour les trains de fret par libération de capacité sur la ligne historique. La nécessité d’une réalisation des trois sections intégralement et sans nouveau phasage a été réaffirmée et confirmée par l’Etat.
 
Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Frédéric Sanchez, Président de la Métropole Rouen Normandie, Joël Bruneau, Président de la Communauté urbaine Caen la mer, et Luc Lemonnier, Président de la Communauté de l’Agglomération havraise, se félicitent de ces choix qu’ils ont portés ensemble auprès de l’Etat. Cette décision permet à ce projet essentiel pour la Normandie d’avancer selon le calendrier prévu, à savoir une réalisation des sections prioritaires d’ici 2030.